Des histoires rien que des histoires


Étrange la faculté de l'homme de s'inventer des histoires... Rien ne s’est encore passé, mais notre imagination a déjà rendu sa conclusion. Je dirais même, ses conclusions.Paul connait Martin depuis trois ans, ils travaillent ensemble, au même étage, mais pas dans le même bureau. Ils se croisent tous les jours et Paul est perturbé à chaque rencontre par le comportement de Martin. Il se reconnait dans les attitudes de son collègue et son ego ressent comme une jalousie. Les deux hommes se saluent tous les jours et lorsque Martin a un mot amical envers Paul, ce dernier se sent heureux d'être remarqué.Ce mardi matin, Paul croise Martin à la sortie de l'ascenseur. Martin ne le regarde même pas, le regard absent il file droit devant lui. Paul a continué sans y penser jusqu'à l'heure de midi où il aperçoit Martin en conversation avec un groupe un sourire au coin des lèvres. C'est à ce moment que le conscient de Paul s’est mis en route. Analyse, critique, intellectualisation de son interprétation l'ont emporté dans son imagination. Martin le snobait c'était certain. Que lui avait-il fait et pour qui il se prenait d'agir ainsi? Les autres avaient quoi de plus que lui pour que Martin prenne le temps de parler avec eux. S’il avait su... la dernière fois il lui avait donné sa confiance... s’il avait su... C'est à ce moment que le conscient s'entoure d'une bulle qui tire la réalité vers le bas. Mauvaise humeur, colère, rancœur et rancune noircissent l'état d'esprit. Et l'histoire continue... la prochaine fois qu'il parlera de lui, il dira ce qu'il en pense de ce prétentieux. Il lui fera comprendre qu'il n'est pas le bienvenu et que s’il ne fait pas profil bas il n'a aucune chance avec lui... Paul continue à ruminer, il oublie même la sortie qu'il a prévu avec sa femme, un plaisir qu'il avait attendu toute la semaine. Il n'avait plus envie de sortir, de partager, de sourire. Sa femme comprendra bien il n'est pas en état. Et puis Martin allait certainement s'arranger pour qu'il soit encore plus isolé face aux autres... La noirceur a pris place dans l'attitude de Paul. Un lourd casque de plomb le maintient dans un sentiment qui l’entraîne dans le stress. Une douleur au ventre, une crampe, une grande fatigue après la colère, Paul n'a pas pris conscience que son organisme réagit à son état d'esprit et que des symptômes physiques peuvent déclencher une maladie sans raison apparente.Fin de journée, Paul prend les escaliers pour partir. Il est hors de question de croiser Martin... Une fois au stationnement, son collègue Yvon l'interpelle.- Et Paul!- Bonsoir Yvon.- J'organise une cagnotte pour Martin pour lui signifier notre sympathie. Tu veux participer?- Participer à quoi?- Tu n'es pas au courant?- ...- Remarque si je n'étais pas allé me renseigner sur son comportement je ne l'aurai pas su non plus. Depuis 6 mois sa femme suit des examens médicaux. Elle a une maladie rare. Cette nuit Martin a reçu un appel de France, il lui offre de venir tout de suite dans un hôpital pour qu'elle puisse être prise en charge par des Professeurs. Ils doivent être là-bas dans 48 heures pour commencer un protocole qui pourrait lui sauver la vie...Des histoires... rien que des histoires... Paul a honte de lui-même, de sa réaction, de l'histoire qu'il s'est raconté. Que des histoires, un ego humain qui réagit suivant ses croyances. Distorsions, généralités, omissions des filtres installées dans son cerveau. Ce que Paul ne sait pas encore... son état d'esprit a déjà agi sur son organisme, transformé les atomes et les cellules pour détruire les molécules du bien être entre autre. L'état d'Être de la journée a été un poison pour son esprit et son physique. S’il s'était donné la peine de se renseigner, sa journée aurait été tellement différente. Il aurait pu aider, communiquer, partager. Martin ne sera plus là demain matin, plus de possibilité de lui faire parvenir ses amitiés, s'inquiéter de sa personne. Sa soirée sera différente, sa femme sera heureuse de sortir, mais ressentira le malaise de son mari, consciemment ou non...Des histoires l'on se raconte. Positives ou négatives, ce ne sont que des histoires qui peuvent être très limitantes.Il aurait suffi de lâcher-prise sur la situation, de remercier son ego et d'observer sans émotion pour ressentir réellement la raison.La centration, un élément relativement facile pour lâcher-prise. J'ai eu le plaisir de l'enseigner à de nombreuses personnes qui ont pu changer leur vie.Ne vous racontez pas des histoires, vivez dans le présent, le futur n'est que la causalité du présent…

Emmanuel

#hypnose #coach #développementpersonnel #hypnothérapie #hypnothérapeute #hypnologue #québec

1 vue

Cognition Académie accréditée par :

RevenuQuébec.svg.png
société dentaire du Québec.png
RITMA_Logo-1.jpg
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon

​© 2013 Emmanuel Sabouret

  Tous droits réservés

  www.cognition-academie.com

© 2018 Cognition Académie 

École de formation en communication d'impact

Outil d'hypnose conversationnelle et de PNL