Régression


La régression


C'est un mot qui intrigue et qui fait peur par les croyances qu’il véhicule. Lorsque l’on parle de régression, la première idée qui surgit est une régression de vies antérieures qui laisse à chacun vaquer à ses propres croyances spirituelles.

Et pourtant, la régression fait partie de nos journées et de nos nuits, inscrite à l’intérieur de nos mémoires psychiques et physiologiques.

Vivre une régression dans les vies antérieures ou le simple souvenir de la veille, est une régression de moments passés qui construit et implique le fonctionnement de chaque jour qui passe. Le simple fait de penser à l’heure précédente, de revivre l’émotion de ce moment est déjà une régression.

Freud relevait 3 types de régression :

  • Régression formelle

  • Régression temporelle

  • Régression topique

N’étant pas psychologue, je me garderais de rentrer dans la description technique de ces 3 intitulés, mais noterais l’importance de la prise en compte de la régression en psychologie.

L’action entraîne une réaction

Tous états présents limitants sont la causalité d’événements qui sont restés sans réponse pour l’inconscient.

Rester sans réponse veut dire, soit :

  • Les expériences vécues au moment de l’événement ne permettaient pas de donner une suite logique à la compréhension.

  • L’expérience a laissé un vide, un inconfort sensoriel.

  • La réaction a eu pour cause un schéma de protection limitant l’action à aller de l’avant.

  • L’émotion a évolué, d’une émotion limitante primaire sans réponse à une multitude d’émotions renforçant le mode de défense inconsciente pour la personne.

Quel que soit l’événement, la personne qui consulte en hypnose n’a pas la solution consciente de sa problématique limitante. Il verbalise son ressenti en tentant d’expliquer la source de son symptôme.

J’ai pour habitude de dire que si le conscient était si malin, il aurait la solution à toutes ses questions, mes clients ne seraient pas assis dans mon bureau, et le monde vivrait dans l’euphorie générale.

Un état limitant présent est déjà la prise de conscience d’une problématique inconsciente. La personne intellectualise son problème sans trouver de solution et ressent de la culpabilité d’une non-action antérieure ou de ne pas avoir agi différemment.

Le cerveau est programmé pour la survie et pour le bien-être. Il mettra en œuvre toutes ses connaissances afin d’atteindre ce résultat.

Il est compréhensible de dire que s’il n’a pas agi autrement c’est qu’il n’avait pas la possibilité, les connaissances, les apprentissages pour le faire.

Il est facile de dire après coup, « j’aurais dû dire… j’aurai dû faire » et très souvent de placer avant « Si j’avais su… j’aurais dû dire… ».

Le cerveau fait des liens avec l’apprentissage pour ne pas refaire les mêmes erreurs.

Vous me suivez ?

Continuons alors.

Qui est responsable de la problématique ?

Lorsque le cas limitant passé a eu lieu, ce n’est pas la personne présente qui consulte qui a agi dans l’évènement, mais celle qu'elle était alors… Car si cela lui arrivait maintenant, si l’apprentissage a été bien fait, elle n’agira pas de la même façon.

Elle ne peut donc pas être responsable de ne pas avoir agi d’une manière inconnue pour elle dans le moment. C’est le début de l’abandon de la culpabilité…

Lorsqu’un enfant s’approche d’un poêle à bois et pose la main dessus, doit-il être tenu responsable de sa brulure si c’est la première fois ?

Un état émotionnel limitant passé appartient à un évènement qui n’avait pas les connaissances futures pour lui permettre d’agir en sécurité.

Un état limitant est donc une perception figée dans des connaissances antérieures. C’est un cas classique de pattern, d'états phobiques...

Comprendre qu’un symptôme présent n’est pas de la responsabilité de la personne qui la vit dans le moment, retire la culpabilité.

Le client a donc un symptôme limitant présent qu’une partie antérieure de son existence a créé, il ne connaît pas le déclencheur ni pourquoi elle l’a créée…

Qui a la solution ?

Et si ce n’était pas à la partie présente de trouver la solution ? Ce n’est pas elle qui créé le problème enfoui dans sa non-conscience, c’est une partie d'elle qui n’est plus consciemment aujourd’hui...

Un enfant peut sursauter en apercevant une personne qu’il ne connaît pas, alors qu’adulte, il ne la regarderait même pas.

L’inconscient est capable de faire et de défaire ce qu’il crée. Une régression est une distorsion de temps, un retour sur une période vécue dans le passé, de la minute précédente, d’une heure, une semaine, une année, dix ou bien plus.

Dans un état de transe, le symptôme guide l’inconscient à l’état source de l’émotion problématique. Accompagné par les nouveaux apprentissages de la personne, le cerveau a une nouvelle perception du déclencheur reptilien sur la problématique et aura un nouveau comportement qui transformera les réactions.

La personne peut avoir conscience du nouveau modèle perçu ou pas. Cela peut être une révélation subjuguante, intellectualisée et rationalisée ou une perception sur du plus long terme sans compréhension immédiate.

La régression et sa perception sont la réalité qu’offre l’inconscient au conscient afin de résoudre un problème qu’il a lui-même créé alors qu’il n’avait pas d’autres possibilités de réaction dans le passé.

Transe hypnotique

Vivre une régression en transe hypnotique, permet à l’inconscient d’apporter une solution au déclencheur en faisant des liens avec les connaissances qu’il a fait depuis l’événement primaire.

Il n’est pas nécessaire de vivre l’événement traumatisant en étant associé aux émotions, être dans l’observation dissociée peut suffire à faire les liens.

Que cela soit une régression de vies antérieures, d’un souvenir qui émerge et qui répond positivement à une solution trouvée, que ce soit réel ou imaginaire importe peu. C’est la réponse en approche solution qu’a trouvée l’inconscient qui est importante afin de répondre à une action, qui l’avait limitée par le passé.

Toute solution positive trouvée en régression, accompagne un apprentissage archaïque et lui permet d'évoluer dans un mouvement perpétuel !

Faites confiance à la partie qui sait…


183 vues

Cognition Académie accréditée par :

RevenuQuébec.svg.png
société dentaire du Québec.png
RITMA_Logo-1.jpg
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon

​© 2013 Emmanuel Sabouret

  Tous droits réservés

  www.cognition-academie.com

© 2018 Cognition Académie 

École de formation en communication d'impact

Outil d'hypnose conversationnelle et de PNL